lundi 3 août 2009

Esprit mélancolique






23h, elle était déjà au lit, emportée par une vague de douleur. Elle chercha sans vain une position confortable pour son bras.
Elle abandonna le lit finalement, laissa un soupir fatigué s’envoler dans le vide de sa chambre, alluma son pc, chercha quelque chose pour lui faire oublier son malaise.
3 mois et demi, elle n’arriva pas à oublier ce jour qui a fortement marqué sa vie. Une seconde..une voiture..le pare-brise..son bras..mais ça ne s’est pas arrêté là.. deux semaines dans la douleur, à taper avec un seul bras, des nuits sans sommeil, un stage qui se transformait à un vrai cauchemar..
Elle a tellement voulu reprendre le temps, effacer toutes les secondes de son accident, supprimer son existence dans cet endroit, cette route, à cette heure, auprès de cette voiture, de ce jeune conducteur irresponsable qui pour gagner quelques secondes de son temps, lui fait perdre des jours et des heures entiers de sa vie.
Mais cette douleur, qui lui revient de temps à autre, la rappelle toute cette période noir passée dans sa vie entre les antidouleurs, les nuits blanches et les heures de déprime et de désespoir. Cependant, rien n’achève sa douleur, même pas cette suite de comprimés et d’anti inflammatoires, ni ces gels qu’elle mettait sur son bras.
Devant le pc, au milieu de la nuit, elle s’ennuyait à mort. C’est pas qu’elle ne trouve pas quelque chose à faire, mais tout lui tape sur les nerfs et augmente sa douleur ! Même le site de streaming insiste ce soir à l’énerver, comme s’il choisit le bon moment pour crier les problèmes de la bande passante et de la faiblesse de l’émission ou est ce tout simplement son serveur qui est débordé..
Elle quitta son poste finalement, il est déjà minuit et demi.. Elle s’allongea de nouveau sur son lit en mettant en marche son baladeur mp3 et les écouteurs dans ses oreilles. Elle boucla la chanson d’Apocalyptica « i don’t care » tout en laissant ces nuages de larmes noircir ses yeux. Elle fixa la réveille sous la lumière de sa veilleuse. Elle ferma les yeux doucement, comme dans un moment d’hésitation entre le rêve et le réel..entre la vie et la mort..
La lumière est encore debout, elle ouvra les yeux.. 3h30..même avec cette fatigue qui entraine sa tête dans la lourdeur du sommeil, elle sentait le reste d’une douleur. Elle éteignait la veilleuse, et referma les yeux.
Le matin, à son réveil, elle trouva un sms : « bjr ma puce. Ça va mieux ? » elle souriait fatiguée, remettait le portable à sa place auprès d’elle et referma les yeux.
Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :



Recevez les nouveautés par email

3 commentaires:

Anonyme a dit…

si ce que tu as ecrit, est vr ce que tu sens
savai qu'il y a toujours un ami qui peut te comprendre.

bakhtitude a dit…

Merci Nawras pour ton passage et ton commentaire sur mon blog.
Oui je confirme encore que rien ne vaut la santé... !
Pour les douleurs physiques je déclenche toujours l'"amnésie psychotique", je chasse la douleur en pensant à mon état de bonne santé, en me disant ce n'est que passager demain je n'aurai plus mal. Je te promets que cela marche pour moi, cela apaise ma douleur quand je pense aux bonnes choses.
Dis toi que tu as évité le pire !
Bien à toi,
Bakhta

Nawras a dit…

@Anonyme : Merci mon cher ami :)
@Bakhta : Je te remercie aussi pour ton passage sur mon blog! ça m'a fait un grand plaisir!En fait, c'est vrai que les pensées positive peuvent avoir le plus grand effet sur quelqu'un qui est entrain de souffrir ainsi que garder foi et espoir.. J'espère ne plus revivre de tels moments. Prends soin de toi! ;)

Sélectionnez les signes à côté du smiley à insérer dans votre commentaire

:)) ;)) ;;) :X :(( =(( :-o :-* :| :)] :-t
b-( :-L :-/ o_O :D ;) :p :) :( 8-) ^^

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails