dimanche 7 mars 2010

Écrivons ensemble : où on est avec le poème inachevé?





Mercredi dernier, j'ai proposé un jeu sur mon blog. Ce jeu intitulé "Écrivons ensemble", et que j'ai déjà mentionné que son idée m'était inspirée d'un groupe sur facebook qui s'appelle "la poésie du monde", a plu à plusieurs d'entre vous. Certains, que je remercie beaucoup d'ailleurs, ont participé, d'autres ont applaudit l'idée et suivi le poème inachevé qui n'a cessé de grandir, petit à petit. Le problème qu'a trouvé plusieurs était, certes, qu'écrire de la poésie n'est pas une tache habituelle, car ce n'est pas du simple texte, et c'est pour ça que certains m'ont dit : "Si c'était un texte à compléter, nous aurons pu participer.." Un autre problème m'était mentionné par un ami, c'est le sujet du poème.
En effet, j'ai voulu que le premier morceau soit général, flou, parlant de plusieurs choses à la fois, et pas très strict.. enfin, ce n'était pas peut être une bonne idée, vu qu'on n'a pas su de quoi ça parle, et de quoi on doit parler. Du coup, ça parle de tout à la fois.
Le poème, écrit jusqu'à maintenant par 9 personnes : illusions, Téméraire, Anonyme, Youssef, Jade, Bakhta, CactussaLost-Without-Love et moi (Nawras), reste encore inachevé. 
Celui qui veut participer, le jeu ne finira jamais :).
Ceci dit, je suis à l'écoute de vos remarques, commentaires, avis, propositions... concernant le jeu, peut être le renouveler un jour avec une certaine souplesse permettant de le rendre ouvert à plus de personnes.
Je reposte ici le poème (si vous avez un titre, n'hésitez pas de me proposer un) :


Le poème inachevé

O mer ! ta mélancolie m’a ensorcelée …
et ta folie de sagesse m’a appris la cruauté
des moments torrides auprès des mirages volés
de la bouche du temps…et des bras du destin
aux couleurs du printemps et d’hiver
Je porte en moi les 3 secrets de l’univers :
La première note qui déclenche le petit écho d’un baiser,
la délicatesse d’une caresse qui réveille doucement les sens
amoureux de la grasse matinée
et la chaleur d’une larme douce
glissant sur le bout de tes lèvres sucrées
signant la fin d’un picotement… et
le début d’un frisson délicieusement propagé
et merveilleusement senti et incontrôlé

(Nawras)

***

j'ai jamais oublié
le gout de tes baisers sucrés et passionnés
tes caresse qui m'ensorcelaient
et tes bras toujours prêts à m'envelopper
tes larmes m'ont toujours chagriné
mais je n'y peux rien pour te consoler
sache que je t'ai tjrs aimé !

(Anonyme)

***

Oh mer! Ta grandeur m'a toujours fasciné.
Ta couleur bleu avec le ciel elle s'embrassait
Avec toi je suis toujours emportée
Je te confie tous mes fous secrets

Toi seule sait m'écouter et me bercer
Tu caches mes larmes quand entre tes vagues je me jetais
Tu caresses mes courbes qu'avec toi seule j'aime dévoiler
De toi je ne pourrais jamais m'en passer
C'est toi qui a tous rêves, mes souvenirs et mes secrets.


(illusions)

***
Ô toi grand bleu qui submerge les sanctuaires silencieux 
Et avec ton miroir ondulé, tu absorbes le soleil glorieux
Tu procrée dans ton royaume la vie, toi, qui es majestueux 
Et quand tu le veux tu soutires l’âme du marin aventureux 

Pour le celer dans tes entrailles dans ton mausolée de corail
Vermillon rougeoyant, a sa surprise ce n’est que rêve sérail
Pavé de coquilles en émail, gardé par des crabes aux éventails
Et de sirènes d’or et d’écailles, il se soumet à ses retrouvailles

(Téméraire)

***

O mer, ta grandeur me fait penser à ma mère
O mer, tes profondeurs m'apprennent à lire dans les yeux de ma mère
O mer, ta couleur m'inspire la pureté de ma mère
O mer, tes vagues me font pousser pour aller voir ma mère
O mer, je resterai pour toujours la fille de ma mère !



(Bakhta)

***

O ciel... bleu !
j'ai vu en toi le reflet de ses yeux ...
si lointain , si haut et si fier ...
comme son regard , son sourire amer ....
je ne cesse de chanter la misère a travers mes vers
depuis le jour où ce sentiment m'a habité,
la nuit où mon âme à prit sa liberté...

O ciel , éternel , vieux !
accorde moi la faveur des Dieux
laisse mon cœur battre a tout jamais
même après que ma vie sera envolée
et que les cendres de mon corps seront éparpillées...
accorde lui une place au panthéon
car c'est Elle qui a gagné son adoration

(Youssef)

***

O mer ! le chagrin et toi me font vibrer
sur les tons d’une peine à gout amer
je meurs entre deux sentiments :
t’aimer.. et introduire mes dents dans ta chair
afin de gouter de ton sang à la fois délicieux
et mortel tel que le poison d’une vipère
Chaque goute me tue.. me rend folle.. m’ensorcelle..
et je finis toujours par déclarer la guerre
sur les souffles chauds de tes soupirs timides
et les caresses humides de tes lèvres
O mer ! tes yeux me sont un profond mystère,
je voudrai les habiter tant que ça me reste
encore du temps sur cette terre 
Cajole moi avec tes vagues..
serre moi contre ton cœur
Je souffre loin de toi..
et dans tes bras, je meurs
Laisse tes larmes couler..
j’essuierai tes lèvres en douceur
et j’embrasserai, avec passion,
 tes jolis yeux en pleurs

(Nawras)

***

Quand Les mots s'envolent
dans tes vagues
que je trouve les paroles
j'écoute ta musique
j'admire les oiseaux en vol
peu importe si je cris 
peu importe si je suis folle
mais quand je te vois
accueillant devant moi
c'est ton amour que je raffole
et sur tes bras je m'étale
je serai la fleur tu sera le pétale
tu es en pleur et je me régale



(Jade)

***

O mer ! Le gout du caramel
dans tes larmes coulant
tel que des étincelles
éparpillés... volant d’une façon cruelle
tout mon chagrin souffrant
sous les ailes du temps

Je murmurai ton nom
entre les brises des printemps
je le crierai tant que je vivrai 
tant que cette flamme habitera mon cœur exaltant
tes doux sentiments

O mer ! tes yeux sucrés..
quand je les regarde, je pleure..
J’admire leur couleur foncée
dégageant en moi, une nuance de chaleur

J’ai emprunté le chemin de l’hiver
froid.. glacial.. gelant
j’ai couru derrière le vent
car il empruntait ton odeur
ce parfum que je sens
dans mes veines.. dans mon cœur..
J’ai exploré ton corps
pour déchiffrer le mystère
de ce charme excitant 
J’ai dégagé tes sens 
avec les bouts de mes doigts
et je me suis noyée
entre tes vagues
en goutant les délices de ta sueur

O mer ! Suis-je un ange ou un démon
pour m’effondrer tel une étoile
tombant du ciel
dans tes bras charmeurs..
Je tremble en les sentant
tes délicates cajoles 
plus délicieuses que le miel
émouvantes… chatouilleuses
frustrées ou prudentes
sur mon corps flatteur 

(Nawras)

***
O mer!! il m'a pris entre ses bras fortement 
mais si tendrement 
que je ne senti à cet instant 
que mon coeur battant 
que son corps brulant
O mer !je brulais entre ses bras 
comme de bois 
soudain je reviens à la réalité 
ce n'est que de passé 
mais même pour un seul instant 
j'étais son ile et il était mon volcan

(Cactussa)


***


O mer, tu m'as engloutie dans tes profondeurs
et tu m'as reprise dans tes gros bras !

O mer, redonne moi la force 
pour reprendre mon souffle
et remonter à la surface !

O mer, o mer si tu savais
combien j'aime la vie
combien j'aime rire
combien j'aime !

(Bakhta)


***
Ma colère, ma haine et ma peine
Tes vagues se cassent sur ma falaise
Ton murmure calme et assourdissant
Comme mon cœur qui est toujours en soumission.


Dévore mes secrets
Efface mes rêves
Guillotine mes souvenirs


Sur tes bords une belle nuit
J'ai vécu et j'ai laissé ma vie
J'ai laissé mon cœur
Me guider vers tes profondeurs
J'ai gouté tes lèvres
J'ai apprécié ta sève
J'ai senti ta main qui m'appelait à toi
J'ai suivi mon amour qui me collait à toi
Je t'ai donné mon cœur pour ne plus le revoir


Mais,
Mon amour éternel
Prend moi encore dans tes bras
Je suis prête encore une fois
De revivre le rêve avec seulement avec toi
Puis essayer avec tes larmes de tout effacer...


(illusions)

***
O mer!
Dans tes plages,il a joué avec mes cheveux et mes nerfs
On a tout deux débuté une guerre
Dont la fin extraordinaire
Fût le goût de ses lèvres sucrées et amères!!

O mer!
Plus il était fier;
Plus je me sentais légère;
Je n'étais qu'une imprudente aventurière
Très insensée et "téméraire"!!

O mer!
Ce baiser m'a conduit à l'enfer
J'ai faillit oublier que j'avais une mère.
Coupable comme je l'étais,j'ai voulu qu'on m'enterre;
Brûlante, vivante parmi les cailloux et les pierres!!

O mer!
Je sais que j'exagère
Mais cet accident,cette affaire
M'a rendue déchirée entre joie,extase et misère
Un jour sur les nuages et un autre j'ai les pieds sur terre!!

O mer!
Depuis de jours,la pluie n'a voulu s'arrêter guère:
Une vaste tempête,beaucoup d'éclairs;
Un orage,du foudre et du tonnerre
Est-ce mon crime qui a rendu les cieux en colère??? 


(Lost-Without-Love)



***


O mer, ta colère me fait peur…
Et ces gouttelettes de pluies en osmose avec tes gouttes salées 

avec mes larmes versées 
m’apprennent la délicatesse des moments magiques qui n’existent que pour finir.
Qui ne laissent qu’un souvenir.
Je porte avec moi tous mes secrets pour te les offrir.
Un premier regard, qui dévoile la flemme d’un cœur brisée 

et l’imperfection d’une âme torturée 
qui démasque agressivement ton secret.
Et l’écho de mon cri signalant la fin de la tendresse des caresses.
Le ciel est loin tu ne peux le toucher, tu ne peux le caresser, votre rencontre a l’infinie n’est qu’illusion, tu m’as trompé.
O mer, ma mélancolie t’a ensorcelée.
O mer, ma colère t’a effrayée.
O mer je te laisse à jamais.


(Anonyme)


***
O mer ! le chagrin est profond
cicatrisant tes vagues
avec un gout du sang
salé.. est très amer
Combien faut-il du temps
pour éteindre cette guerre
qui marmonne comme un volcan
toujours prêt à transpercer la terre
et enflammer l’océan
au nom de la colère


O mer ! je me jette dans tes bras
tu m’aimes, mais tu ne m’auras pas
car tes yeux, dans le silence
ont grondé mon innocence
et je me suis retrouvée
tel un oiseau blessé
sans ailes.. sans appartenance
à tes regards sacrés..
et je finis dans la souffrance
car on a décidé de se quitter
sans caresses ni baisers…
quand le ciel a demandé
au soleil de se lever
et la lune lui a cédé sa place
pour partir et pleurer


(Nawras)


***


يا بحر العواطف
والجراح
قل لي باي حق
تحمل الالم
الرياح
انا قلب مفعم 
بالعواطف
مرهف الاحساس
منكسر الجناح
كلما نسي الحياة
توجع
على طرف ذكرى
الشمس كل صباح
يا بحر..
كم اود لثم خدودك
برحيق ثغري
فابلل شفتي
بريحك المعطر
اغتلت عيني
بشرودك
أأنا أسيرة صدرك
حين تضمني
في لهف بقيودك
يا قاتلي هلا اطلقت 
سراحي

يا بحر مدّ ذراعك
ربت على كتفي
طمئن عينيّ
إني اود سماعك
قل لي باني
لا ازال طفلتك المدللة
التي تهوى اللهو
بأصابعك كل صباح
وتعشق عينيك
حد الاحمرارفرحا
كقطعة التفاح



(Nawras)

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :



Recevez les nouveautés par email

2 commentaires:

illusions a dit…

Ma colère, ma haine et ma peine
Tes vagues se cassent sur ma falaise
Ton murmure calme et assourdissant
Comme mon cœur qui est toujours en soumission.

Dévore mes secrets
Efface mes rêves
Guillotine mes souvenirs

Sur tes bords une belle nuit
J'ai vécu et j'ai laissé ma vie
J'ai laissé mon cœur
Me guider vers tes profondeurs
J'ai gouté tes lèvres
J'ai apprécié ta sève
J'ai senti ta main qui m'appelait à toi
J'ai suivi mon amour qui me collait à toi
Je t'ai donné mon cœur pour ne plus le revoir

Mais,
Mon amour éternel
Prend moi encore dans tes bras
Je suis prête encore une fois
De revivre le rêve avec seulement avec toi
Puis essayer avec tes larmes de tout effacer...

Anonyme a dit…

Qu'en penses-tu du titre : "Le poème multidenté" ?
Vérifie encore le mot.
C moi.

Sélectionnez les signes à côté du smiley à insérer dans votre commentaire

:)) ;)) ;;) :X :(( =(( :-o :-* :| :)] :-t
b-( :-L :-/ o_O :D ;) :p :) :( 8-) ^^

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails