mercredi 24 août 2011

Coup de gueule : C’est à vous de changer la Tunisie !





Ce que j’écris ici est certainement valable pour toutes les autres villes. Des similitudes à la tunisienne ne peuvent qu’exister !

Propreté 

Ce n’est pas nouveau, me diriez-vous ! Certes, ma ville a connu un changement négatif depuis déjà des années. Sale, avec tout le poids de ce mot. Il suffit d’un petit vent pour avoir des papiers, de la poussière, tout ce que vous pouvez imaginer directement dans vos figures. Il vous arrivera même de tomber sur des déchets laissés devant un mur ou à l’entrée d’une ruelle. Mais il n’y a pas que ça !

Une route ou Fill in the Blanks : بين الحفرة والحفرة تلقى حفرة


Avez-vous déjà vu un trou au beau milieu de la route ? Pour pêcher en pleine rue peut être ! 
Ce qui est dingue est que quand les voitures roulent ça fait un effet « manège », un peu comme un avion qui vibre dans une zone de turbulences. 
Bon, la bonne chose est que ces circonstances sont prises en compte par ceux qui vous apprennent la conduite, ainsi, l’heure se transforme de « comment contrôler sa voiture » en « comment ne pas tomber dans un trou » ! 
Et quand tu demandes : « pourquoi la route est toujours cassée ? » parce que même après recyclage, le même trou refait surface (comme quoi les miracles existent), t’as droit à un grand silence.

Désordre : à l’écart de la civilisation

Là, je ne sais vraiment pas par où commencer !


Du « Fouchik » qui gronde le silence, ne se souciant guère de l’heure qu’il est, du temps qu’il fait. On raconte qu’il vient de l’Algérie, parce que signalez-vous, il fait un bruit intense incomparable aux doux chuchotements résultant de l’explosion de nos « Fouchik » !


Passant par les marchandises vendues en pleine rue, des parfums qu’on ignore l’origine (peut être ceux volés un certain 14 Janvier), des boissons ayant de drôles de noms et qui ont déjà provoqué des cas d’intoxication, …
Sans oublier les cafés qui ont envahi les trottoirs (avant et durant le mois de Ramadan) pour nous obliger à concurrencer les voitures dans les rues.
Et les « kochk » parus de nulle part pour concurrencer les commerçants tant qu’il n’y a pas de contrôle ainsi que les maisons qui vont bientôt être à la même hauteur des immeubles.

Qui blâmer ?

Je ne sais vraiment pas qui blâmer : la municipalité qui ne contrôle plus rien (je me demande d’ailleurs s’il y en a encore une), les gens qui ont montré un égoïsme sans égal et une absence totale du sens du civisme et de citoyenneté ou les autres qui regardent et encouragent ces malfaiteurs en achetant leurs marchandises, en faisant un narguilé sur le bout de trottoir qui appartient au peuple, en donnant à son fils le prix de ce « Fouchik » qui réveille ses voisins à 2h30 du matin rien que pour le plaisir de déranger ou la révolution que certains s’amusent à lui jeter tout ce que la bêtise tunisienne a pu provoqué, oubliant que tout le monde a mâché ses valeurs et lui a marché sur les pieds.

Une révolution mal interprétée ?


La révolution a eu lieu pour défendre certaines valeurs et droits collectifs. C’est l’intérêt commun qui compte. C’est pour la Tunisie que nous devons travailler.
Gagner quelques sous de plus en trichant ne fera pas de toi un citoyen. Voler un territoire public ne te rendra pas roi. A quoi ça sert de blâmer les Trabelsi pour ce qu’ils ont fait alors qu’en chacun de nous se cache un Trabelsi !
Allons-nous attendre le 23 Octobre, date prévue pour les élections, pour arranger ce bazar ? 
Certains ont répondu « Non », il y a bien des mois !

C’est à vous de changer Bizerte  

Prendre l’initiative et agir soi même, c’est le principe sur lequel s’est fondé ce groupe de jeunes bénévoles (adresse du groupe sur facebook). 


Sous forme d’actions programmées chaque semaine et annoncées sur Facebook, les jeunes désirant participer se rendent sur les lieux à l’heure prévue pour réaliser une tache. 


Qu’il s’agisse de « repeinte de pont de Bizerte » ou de « nettoyage et ramassage de détruits », ce groupe (ou association) agit pour l’intérêt commun de la ville.

C’est à vous de changer la Tunisie 


Voulez-vous vous aussi agir ? 
Mettez-vous à l’associatif. Rejoignez des associations en qui vous croyez ! 
Participez à ces actions de bénévolats ou soyez vous aussi initiateur de telles actions dans vos villes. N’encouragez pas tout acte d’égoïsme et de tricherie. 
Levez-vous et dites NON à la corruption ! Aidons tous à changer notre pays.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :



Recevez les nouveautés par email

3 commentaires:

Al karawen a dit…

C'est malheureusement valable pour pratiquement n'importe quelle ville tunisienne. Je reconnais parfaitement ma ville dans cet article :/

coupe faim a dit…

On a l'impression e prendre les mêmes et de recommencer.

illusions a dit…

Bien dit Nawras, mais le travail associatif ne peut pas seul faire tout le ménage, il ne pourra jamais remplacer le devoir des municipalités ou changer par quelques actions une "sale" mentalité...

Il faut que tout ce peuple ait le vrai sens de citoyenneté et savoir même par des petits gestes et chacun dont son domaine ou sa spécialité, ou même ses capacités, prouver que la Tunisie est vraiment dans le cœur et lui donner pour quelle puisse un jour nous donner...

Sélectionnez les signes à côté du smiley à insérer dans votre commentaire

:)) ;)) ;;) :X :(( =(( :-o :-* :| :)] :-t
b-( :-L :-/ o_O :D ;) :p :) :( 8-) ^^

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails