mardi 18 octobre 2011

Gouvernements et armes numériques : la technologie au service des dictatures !




Le 11 Octobre 2011, le Parlement Européen a pris la décision d'interdire la vente de technologies de surveillance à des pays qui les utilisent manifestement pour violer les droits de l’homme. Une décision qui n'est certes pas prise sans raisons.

Amesys a aidé le régime de Kadhafi à espionner 8 Millions de libyens

La société française Amesys, filiale de Bull a vendu, en 2007, un système d’écoute global à la Libye.



Il s'agit du système EAGLE qui permet de surveiller le trafic internet, d'espionner l'échange des mails, des messageries instantanées (MSN), les conversations sur skype et encore plus.


Ce système utilise une technique connue sous le nom de DPI (Deep Packet Inspection) et qui permet des écoutes massives.
EAGLE serait ainsi susceptible de pouvoir agréger, de façon automatisée, les adresses emails, physiques, n° de téléphone, images des suspects, mais également d’effectuer des recherches automatisées par dates, heures, n° de téléphones, adresses email, mots-clefs, géolocalisations…

EAGLE permettrait ainsi de “regrouper toutes les données interceptées dans un seul et même datacenter, ce qui permet d’obtenir une vision claire des différentes activités de vos cibles“, de les géolocaliser, de reconstituer, de manière graphique, leurs réseaux sociaux, d’effectuer des analyses sémantiques, des retranscriptions, des traductions et de la reconnaissance automatique de conversations téléphoniques… (Source)

Amesys surveille-t-elle aussi la France ?

Dans un article sur Korben, l'auteur parle de plusieurs systèmes vendus par Amesys à l'armée française :


C'est la façon par laquelle l'état utilise ces systèmes qui reste un point d'interrogation :
La vraie question maintenant, c’est comment ces technologies de surveillance massive des populations sont employées sur le sol français ? Est-ce qu’elles sont utilisées uniquement dans des enquêtes ciblées (anti terrorisme et tout le bataclan) ? Cela semble peu probable vu que ce matériel n’est pas utilisé justement pour des écoutes ciblées mais plutôt pour des écoutes massives. Il est donc plus concevable vis à vis des preuves accumulées que cet équipement sert à « écouter » chacun d’entre nous… Particuliers, activistes, journalistes, syndicats, hommes politiques, dirigeants d’entreprises, leaders d’opinion…etc sommes nous tous espionnés par ce pays que nous aimons tant ?

BlueCoat : La technologie américaine surveille les internautes syriens

Le 5 octobre, le collectif Telecomix a dévoilé 54 gigabits de journaux de connexions à des sites censurés pris sur des équipements de BlueCoat en Syrie, couvrant la période du 22 juillet au 5 aout 2011. Des outils de Bluecoat, entreprise américaine, vendus à ce pays ont été utilisés pour mettre en place une surveillance du Net. 
Voici un graphique montrant les catégories les plus demandées et bloquées en Syrie :


Il existe de toute évidence un lien direct entre les outils de surveillance vendus par Amesys, BlueCoat et d'autres sociétés américaines ou occidentales et la surveillance, l'arrestation et l'assassinat d'opposants potentiels en Libye et en Syrie.

L’utilisation d’un logiciel espion par la police fait polémique en Allemagne

La police a utilisé un cheval de Troie qui infecte les machines de personnes ayant été sujettes à des enquêtes judiciaires. Ce logiciel espion permet à la police de détecter les saisies du clavier, prendre des captures d’écran et activer la webcam et le microphone des PC infectés.
La police de cinq régions allemandes a avoué pratiquer depuis maintenant deux ans des techniques d’espionnage informatique à l’aide de ce logiciel. Ceci a suscité la colère des allemands, surtout que la plupart de ces cas d'utilisation sont illégales.

Ben Ali et les 600 espions

Après la révolution, il s'est avéré qu'en Tunisie, 600 ingénieurs travaillaient, sous le régime de Ben Ali, dans le but d'espionner les tunisiens à travers tout le territoire tout en utilisant des solutions d’espionnage fournies par l’Allemagne (matériel), les États Unis (codes et astuces) et Israël (logiciels de surveillance).

Et encore ..

- En 2009, Nokia et Siemens avaient déjà fourni des logiciels nécessaires à la surveillance des télécommunications en Iran.

- La société américaine d’équipement informatique Cisco est accusée d’avoir non seulement fourni à la Chine, depuis 2007, un système de censure appelé « bouclier doré », destiné à retrouver les opposants politiques, mais aussi contribué à le mettre en place et à le développer. Cisco a démenti toute implication dans la répression chinoise (Source)

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :



Recevez les nouveautés par email

0 commentaires:

Sélectionnez les signes à côté du smiley à insérer dans votre commentaire

:)) ;)) ;;) :X :(( =(( :-o :-* :| :)] :-t
b-( :-L :-/ o_O :D ;) :p :) :( 8-) ^^

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails