vendredi 11 novembre 2011

Comment doit-être la relation prof-étudiant aujourd'hui ?





Aujourd'hui, avec le taux de chômage qui ne cesse d'augmenter et ces nombreux diplômés sans travail, qui cherchent par tous les moyens à continuer leurs études, sans vraiment savoir à quoi aboutira cette continuité, les étudiants sont de plus en plus désespérés. 
Hier, au cours d'une manifestation ouverte tenue à la faculté des sciences de Bizerte et qui avait pour but de cerner le problème de violence contre les enseignants, de comprendre les causes et chercher les remèdes, une des réponses donnée par plusieurs étudiants a marqué un point essentiel : "Un étudiant désespéré qui vient assister à contre coeur, sans but précis, peut avoir un comportement agressif", finalement, si on réfléchit un peu, on pourra comprendre qu'un tel étudiant peut reprocher indirectement son désespoir aux enseignants, représentants, à ses yeux, le régime de l'enseignement. 
Les étudiants ont mis indirectement le doigt sur les choses qui leur font mal. Un étudiant a par exemple dit : "Parler à une pierre, ou aller devant la mer, pour lui cracher ce qu'on a contre le coeur, est une vraie consolation .." Triste, mais réel, ces jeunes qui commencent à peine leurs premiers pas à l'université voient déjà la vie noire, se croient déjà des ratés et chômeurs car finalement et d'après leur propres vécus c'était le sort de la grande majorité de ceux qui l'ont précédé ! Ils se voient même incapables de se projeter dans l'avenir.
Je crois qu'aujourd'hui, plus qu'avant, les enseignants doivent réagir pour le bien de la jeunesse qui souffre. Cette génération qui ignore tout de la vie professionnelle, qui a déjà perdu espoir et confiance en soi, a besoin d'un coup de pouce. Certes, ce n'est pas des promesses qu'elle demande, mais que les enseignants soient encore et encore à son écoute. 
Il est indispensable d'ouvrir un dialogue réel et concret entre les enseignants et les étudiants, renforcer les ponts de communication, pour que l'étudiant se sente enfin, et c'est la moindre des choses, écouté et entouré, chose qui n'était peut être pas totalement possible avant. Et qui mieux que l'enseignant pour cette tache de soutien moral d'abord et de conseil et encadrement ensuite, car c'est le seul capable d'apporter des éléments de réponses aux questions touchant en grande partie les perspectives de recherche et d'engagement dans la vie professionnelle, ou précisément les réponses aux questions : "Pourquoi j'étudies? en quoi va me servir ce diplôme? et que deviendrai-je à l'avenir?". En un mot, le seul à pouvoir leur montrer la voie de la réussite.
L'esprit de la révolution qui touche l'université tunisienne pourra ainsi se propager dans le bon sens, cet esprit qui veut couper totalement avec le régime précédent travaillera pour des changements radicaux afin d'améliorer l'enseignement supérieur sur tous les plans, à commencer par consolider la relation prof-étudiant, car seul un environnement où règne un respect mutuel peut être bénéfique pour de bons changements.
Pour finir, les étudiants ont proposé un brouillon d'une charte de bon comportement qui a mis en valeur 2 points indispensables : "la relation prof-étudiant doit être basée sur le respect mutuel" et ce "indépendamment des différences d'opinion politique, religieux ou autre", points qui étaient parfaitement approuvé par les enseignants ! 

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :



Recevez les nouveautés par email

0 commentaires:

Sélectionnez les signes à côté du smiley à insérer dans votre commentaire

:)) ;)) ;;) :X :(( =(( :-o :-* :| :)] :-t
b-( :-L :-/ o_O :D ;) :p :) :( 8-) ^^

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails