mercredi 1 février 2012

Les élections dans les universités tunisiennes : les points qui dérangent !





Entre les mois de Juin et Juillet derniers (2011), ont eu lieu dans les universités tunisiennes les élections des membres du conseil scientifique, des chefs de départements, des doyens et directeurs des facultés et des recteurs. A l'époque, plusieurs enseignants universitaires se sont mobilisé contre la circulaire 29/2011 du 11 Juin 2011 qui réglemente les délais et procédures des élections universitaires. Pourtant ..

La circulaire n 29/2011 du 11 Juin 2011 : les points qui dérangent


Voilà un aperçu des points qui dérangent dans cette circulaire :

1. Election des membres du conseil scientifiques : 4 représentants du corps A (c'est à dire professeurs et maîtres de conférences) élus par les universitaires de corps A et 4 représentants du corps B (c'est à dire assistants permanents et maîtres assistants) élus par les universitaires de corps B.


2. Election des directeurs et doyens des facultés : seuls les membres élus du conseil scientifique et appartenant au corps A peuvent se présenter à ce poste et seuls les membres du conseil scientifique participent à ces élections.


La même chose se passe pour l'élection des recteurs.

Et les assistants contractuels dans tout ça ?

Les assistants contractuels qui représentent presque le 1/4 des enseignants du supérieurs ne sont pas représentés dans le conseil scientifique, et ne participent pas aux élections de ces derniers. D'ailleurs, ils ne participent même pas aux élections des chefs de département. Alors comment voulez-vous que les élections soient à la fois démocratiques et représentatives ?
A dire que la révolution - qui sans elle, rien n'a pu changer aux universités - est faite par les jeunes ..

Pourquoi les enseignants s'opposent à cette loi ?

Tout simplement parce qu'elle crée une sorte de discrimination - ou l'approfondie car elle existe depuis toujours - selon les grades et hiérarchie des universitaires, les enseignants du corps A sont toujours privilégiés alors qu'ils ne représentent qu'un faible pourcentage du total des enseignants universitaires ! Une minorité qui choisit et contrôle une majorité ?
La plupart du corps A (avec tout mon respect aux gens honnêtes et intègres exempts de cette déduction) demeure sous contrôle de l’ancien régime et continuerait donc à appliquer et exécuter docilement et sagement les ordres et les directives imposés par les décideurs d’hier et hélas d’aujourd’hui.
L'alternative selon la même personne est donc d'avoir recours à une élection directe :
Une élection directe est la seule alternative possible permettant de rectifier les lacunes de ce texte qui ne satisfait aucunement la revendication légitime des universitaires de choisir dignement et librement leurs directeurs et Présidents des Universités, sans l’immixtion de l’exécutif. Exclure 90% (le pourcentage approximatif du corps B) des enseignants universitaires signifie que le message du législateur actuel est clair : je n’adhère pas au projet de la démocratisation de l’Université ; j’adhère plutôt à la marginalisation des universitaires et à une tutelle accentuée de cette enceinte. 
Et enfin une pétition à signer

Une pétition est mise en ligne par les enseignants universitaires pour demander l'annulation de la circulaire 29/2011 :



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :



Recevez les nouveautés par email

2 commentaires:

Agence Interactive a dit…

Votre blog est vraiment très intéressant, c'est très agréable d’avoir votre point de vue sur des sujets aussi important notamment les élections des universités tunisiennes

info Magazine a dit…

Affaire à suivre .. :-/

Sélectionnez les signes à côté du smiley à insérer dans votre commentaire

:)) ;)) ;;) :X :(( =(( :-o :-* :| :)] :-t
b-( :-L :-/ o_O :D ;) :p :) :( 8-) ^^

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails